La médecine chinoise est une médecine ancestrale pratiquée depuis plus de 4 000 ans.

Elle considère que le corps et l’esprit sont liés : la souffrance de l’un se répercute donc sur l’autre. L’homme et la femme sont replacés au sein d’un environnement : le ciel et la Terre. Ils sont vus comme un tout, dans leur globalité.
Pour les Chinois, notre corps est en perpétuel mouvement, avec un équilibre permanent mais instable entre deux éléments essentiels, le yin et le yang.
> Le yin est le principe femelle, passif. Il est le symbole de l’ombre et de la Lune. A l’opposé, le yang est le principe mâle, actif, représentant la lumière et le Soleil. L’équilibre entre les deux est essentiel pour que chaque chose dans l’univers soit en harmonie.
> Une personne est en bonne santé lorsque l’énergie circule bien dans son corps, le long des canaux méridiens. La moindre perturbation de l’harmonie entre le yin et le yang crée un déséquilibre, un manque d’énergie ou un excès. Ces anomalies se manifestent sous la forme de multiples symptômes, troubles du sommeil ou douleurs diverses par exemple.
Pour soigner les solutions thérapeutiques sont la pharmacopée, l’acupuncture, le massage, la diététique et le Qi Gong.

L’acupuncture, c’est quoi ?
Du latin acus (aiguille) et punctura (piqûre), l’acupuncture est issue de la médecine traditionnelle chinoise. En Asie, le corps est perçu comme le berceau des énergies vitales. Si ces énergies sont déséquilibrées, alors des problèmes de santé et des maladies peuvent survenir.

L’acupuncture propose de rééquilibrer ces énergies afin de prémunir l’organisme contre diverses pathologies, mais aussi de le traiter.

Le principe de l’acupuncture :

A l’aide de fines aiguilles, l’acupuncteur va piquer certains endroits du corps, sur des points énergétiques très spécifiques, selon le profil du patient et les zones à traiter. La pose des aiguilles n’est pas douloureuse, tout au plus ressentirez-vous un engourdissement plus ou moins important sur les points sollicités.
Parfois, l’acupuncteur n’utilisera pas des aiguilles mais de petits cônes d’armoise qu’il disposera sur les points énergétiques du corps avant de les chauffer.

Les bienfaits de l’acupuncture

Mise à part la sensation générale de bien-être que peut apporter une séance, l’acupuncture propose de traiter certains troubles ou du moins de prévenir leur apparition.

La palette des indications est large, car le principe de cette méthode douce est de prendre en compte le corps dans son ensemble :
– Douleurs musculaires ou articulaires
– Douleurs lombaires ou cervicales
– Eczéma
– Troubles du transit
– Troubles du sommeil
– Stress…

– Etc….

L’acupuncture peut également venir en aide aux personnes qui souhaitent arrêter de fumer. Au bout de quelques séances, le praticien tentera de mettre fin à la sensation de manque et au stress généré par l’arrêt du tabac.

Acupuncture et grossesse :

Les femmes enceintes peuvent également avoir recours à l’acupuncture pour soulager les maux de la grossesse comme des douleurs au dos, des nausées, les jambes lourdes, la constipation, des vomissements…

L’acupuncture peut aussi être utilisée comme une préparation à l’accouchement (en parallèle d’une préparation traditionnelle) afin d’assouplir le périnée, de déclencher un accouchement en douceur, ou encore pour aider la future maman à gérer sa peur de l’accouchement.

Les ventouses
Les ventouses traditionnelles peuvent être utilisées avec de la chaleur. Le praticien stérilise les ventouses et crée le vide dans le récipient, tout en appliquant immédiatement sur les zones de blocages.
En énergétique chinoise, les ventouses stimulent progressivement les blocages énergétiques permettant ainsi d’évacuer les énergies négatives accumulées dans ces zones devenues douloureuses.

Les ventouses sont indiquées pour :
– les douleurs de la colonne vertébrales (cervicales, dorsales, lombaires),
– le stress,
– les douleurs articulaires,
– les troubles cardio-vasculaires,
– les pathologies bronchiques,
– l’élimination rapide des toxines,
– la fluidification de la circulation sanguine et lymphatique.